Action Vinci

Le groupe Vinci, les grandes lignes de la puissance

Le groupe Vinci est le numéro Un mondial dans le secteur des prestations de construction, de concessions et de services associés. Ce géant français intervient principalement dans les projets de très grande ampleur nécessitant des moyens et des compétences. Cette expertise le met dans un positionnement difficile à remettre en cause pour les autres entreprises qui auraient des velléités de concurrence. Seuls Bouygues et Eiffage comptent comme concurrents directs du groupe Vinci. Grande entreprise aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale, il intègre le calcul de l’indice boursier national français CAC 40. La capitalisation boursière totale du groupe Vinci s’élève à 43 057.16 MEUR et le nombre de ses titres mis en circulation se monte à 589 985 730.

Points forts et points faibles de Vinci

Le principal point fort du groupe Vinci est son positionnement sur le marché international. Les concessions autoroutières et aéroportuaires sont ses domaines de prédilection. La puissance du groupe se caractérise par le fait que 41% de son chiffre d’affaires est réalisé hors du territoire français. On ne saurait occulter la stratégie du groupe qui vise sur le long terme en opérant la complémentarité de ses activités.

L’avenir à moyen terme peut être assuré par le projet Grand Paris dont le marché a été attribué au groupe Vinci. Des bénéfices importants de la société sont à espérer et jouent en faveur des investisseurs.

Toutefois, une tendance à la baisse du trafic est perçue depuis quelques années. Cet état de choses est le résultat de la hausse du prix de l’essence, paramètre qui pourrait porter ombrage à la rentabilité de l’entreprise.

Trader l’action Vinci, les informations à considérer

Pour ne pas se laisser surprendre par la tendance du marché, il faudrait alors garder un œil sur la croissance du trafic de véhicules sur les autoroutes françaises et européennes. Il faudrait également surveiller l’évolution des taux d’intérêt dans le domaine des concessions. Il ne faut surtout pas minimiser l’impact de l’actualité économique française, notamment sur le volet financement des collectivités locales.