Vous avez entendu parler de ce terme et vous vous interrogez sur la signification du naming ? En réalité, il s’agît d’une technique de marketing qui consiste à changer le nom d’un stade ou d’une enceinte sportive en lui conférant le nom d’un partenaire commercial. En outre, le naming fait allusion à l’expertise des structures qui se sont spécialisées dans la conception de noms de marques. Un travail de naming se scinde habituellement en 3 étapes. 

La détermination du cadre de la création

Avant de chercher à faire appel à une agence de naming, il est bon de comprendre comment se déroule une telle mission. La première étape consistera à définir le cadre de la création. Autrement dit, il faut préciser la catégorie de nom à trouver ainsi que le domaine d’expression de celui-ci. 

Le choix du nom et de la zone d’expression de ce dernier sera fonction du secteur d’activité dans lequel vous évoluez. Il faudra également prendre en compte la concurrence (la totalité des noms qui existent déjà), votre public cible de même que votre positionnement.

La phase de création de nom

Suivant le type de nom qui est recherché, une agence de naming usera de différentes méthodes. Elle peut procéder à des études documentaires ou étymologiques, mettre en œuvre le brainstorming avec des experts en langue (sémiologues, rédacteurs, linguistes…), ou recourir à l’ingénierie linguistique. Si le sujet se révèle très complexe, les concepteurs de noms n’hésiteront pas à créer une pléthore de noms pour n’en ressortir qu’une liste de 20 à 50 noms-candidats.

La phase de sélection

Pour réussir une mission de  naming, il faudra intégrer plusieurs critères lors de la phase de sélection du nom, et cela, que votre secteur d’activité soit la finance, l’immobilier, les loisirs… Le premier critère est d’ordre linguistique. A ce niveau, il faudra voir si la prononciation du nom est aisée, et s’il sonne bien à l’oreille. Le second critère est en rapport avec le volet marketing. Il faudra que le nom soit apprécié à la mesure de vos critères commerciaux : objectifs, culture d’entreprise, public ciblé, valeurs…

Le troisième critère est juridique. Le nom doit être distinctif et ne pas uniquement décrire votre activité (Ex. Homecare au lieu de agentimmobilier.com qui est purement descriptif). Il doit également être disponible (pas de plagiat). Le dernier critère est relatif à internet : il faudra choisir un nom de domaine.